Cette nuit. Joachim Schnerf.

 

Huis clos.

Sarah n’est plus. Pourtant elle respire dans chaque pli de ce récit. Dans chaque interstice. Grâce à Salomon, son époux, meurtri par cette solitude qu’il n’a pas choisie. C’est d’elle qu’il est question dans ce roman, ou plutôt de son absence. L’absence et le vide laissés par ceux que l’on aime par dessus tout. Ceux avec lesquels la vie s’est tissée, maille après maille. L’autre question est celle de la Shoah. Indélébile. Traumatisante. Mais avec laquelle Salomon fait des blagues d’un goût douteux. Même pour Sarah, du temps où elle était là. Enfin, il est question de rituel. Celui de la nuit de Pessah, longue et différente. Cette nuit où l’histoire de la sortie d’Egypte est rejouée autour d’une table. Cette nuit, comme une partition sur laquelle chacun tient sa place, son rôle, à la perfection.

J’ai plongé dans ce roman, j’ai aimé ces déambulations dans l’esprit de Salomon, émouvant, drôle et un peu perdu dans sa nouvelle vie. Écrasé par ses souvenirs. Je me suis attachée à ses filles, sensibles toutes deux à leurs manières. J’ai ri aux réactions viscérales de Patrick et cherché l’Afikomane avec ses petits-enfants. J’ai été emportée par ce style qui transmet les émotions à fleur de peau. Une bien belle nuit.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :